Article

En 30 ans, le Super Sportster a formé des milliers de pilotes à la voltige de base. Ses qualités de vol ne sont plus à vanter. C'est un de ces avions tellement aboutis qu'ils en deviennent un classique, une référence, voire même une légende. Aujourd'hui, Great Planes agrandit la famille en proposant une version électrique de son best seller. La tâche n'était pas si évidente car il fallait que l'engin rivalise avec ses aînés gavés de nitrométhane. D'autres constructeurs auraient choisi la facilité en adoptant d'emblée un moteur LRK et un accu LiPo… Great Planes a fait mieux!

Un petit conseil que je me permets de mettre dans les articles car cette question a déjà été posée quelques fois dans le forum.

A voir les photos qui sont envoyées au site et ce qui se passe sur notre terrain (JDM), on constate clairement la multiplication de ce que l'on appelle même plus des "petits gros".

Rien que chez nous, on a vu arriver ces deux dernières années, trois ou quatre avions de voltige (Extra, Cap, Sukoi, Zlin, etc), un Piper de 2.8m, puis un Piper de 3m, un Belanca de plus de 3m, et enfin un biplan Sopwith Pup de 2.5m.
Regardez aussi les annonces de ce site, pas moins de 6 "monstres", dont un de plus de 6m, sans compter les gros moteurs.

Salut aux aéromodélistes,

Malheureusement, il faut souvent un incident majeur pour inciter aux réactions! C'est typiquement humain. Pour la plupart, ne sommes-nous pas, à un moment ou l'autre, des optimistes inconscients...
Le drame meurtrier de ce week-end de mi-mai en Hongrie m'incite donc à partager mon expérience dans le domaine des pertes de contrôle radio.

Vous voudriez bien, mais vous n'osez pas? Et puis vous n'y connaissez rien? Et en plus ça va être cher? Ce n'est pas la seule, mais voici ma méthode pour une conversion à l'électrique 'en douceur'… Elle est applicable à tout modèle 'classique' et de taille raisonnable. L'exemple est basé sur le Super Sportster, un avion de sport de classe '40' tout ce qu'il y a de plus standard.

Texte & photos: Laurent Schmitz

L'avion: pas de plomb dans le derrière…

De nos jours, deux technologies se battent pour alimenter nos moteurs électriques: NiMh et LiPo. Autant le dire tout de suite, les accus LiPo ont gagné. Tant en termes de poids, de volume que de puissance, ces petites merveilles sont de la dynamite pour nos avions!

Voici une astuce qui vous permettra de réaliser vous-même très facilement une carrosserie « faite maison » pour votre hélico indoor, à peu de frais (ce qui coûte le plus cher c’est la peinture !) et en peu de temps : environ une heure de travail (hors séchage).

Avionneur indoor depuis bientôt dix ans, j’ai eu récemment l’étrange envie (comme pas mal de gens) de me mettre à l’hélicoptère. Les prix se démocratisent de plus en plus pour ces drôles de machines… du moins à l’achat !

Un beau jour d' Août , je me décide à faire un vol avec la permission du fermier propriétaire dans une immense champs, composé de multiples cultures, avec mon nouveau planeur ROBBE ARGOS de 2m70, électrifié,.Je lance l' engin qui tel un oiseau bien dressé prend peu à peu de l' altitude et docilement spirale à la recherche d' une bonne pompe, il atteint de ce fait une altitude satisfaisante, je coupe le moteur et m' amuse avec le joujou, pas longtemps , horreur, il n' obéit plus à ma commande, j' ai beau me démener comme un diable rien à faire et impuissant, je le vois glisser sur l' aile e

Ce jour-là, Claudy commande son bon vieux motoplaneur quand le Stampe de 2m20 de son beau-fils décide d'avoir une panne de moteur... Grâce aux bons conseils de Claudy, la belle maquette finit intacte dans les maïs: ouf!

C'est à ce moment que notre pilote se souvient du planeur, lequel a bien sûr pris la clef des champs...

L'engin était à ±20m d'altitude quand on l'a aperçu la dernière fois et le vent était modéré. Il ne doit donc pas être bien loin. Mais où chercher? Dans les maïs au nord, le froment au sud ou les betteraves à l'ouest?

En 1998, après des années de modélisme et moult avions à moteur thermique je découvre la propulsion électrique par l’indoor. A cette époque on était heureux comme tout de faire tourner une dentelle toujours dans le même sens et dont les seules phases un peu intéressantes étaient le décollage et l’atterro. Très vites, les premières mousses volantes (pico-jet, twin-jet,…) font fureur à mon club et les vols en hivers deviennent bien plus confortables question démarrage.

Syndiquer le contenu