Article

Invité par hasard au symposium électrique de Mellery, c'est dans des circonstances défavorables que je débarque ce dimanche 12 septembre au CLM. Il y a un vent à décorner les cocus, la pluie menace et je n'ai que deux heures devant moi... Pourtant, en approchant de la piste je découvre un ballet insoupçonné vu la météo.

Il y a quelques semaines, ma femme vient me dire : « Caroline et Donald nous invitent à passer un quinzaine dans le chalet de leur parents en Suisse près de Sion, ça te tente ? ». Mes quelques neurones gambergent 3 secondes, je me dis hmmm…Caroline, Donald, leurs deux enfants, …des gens cool et sympa ,…la Suisse, j’aime la montagne….qui dit montagne dit sûrement une journée ou je pourrais aller faire du vole de pente. « Ok, avec grand plaisir ma chérie ».

Le Kit

Au regard du titre, la majorité d'entre vous vont se dire « mais qu'est ce qu'il raconte…. Le Fury est hyper connu… ».
C'est vrai, la Fury est hyper connu comme machine taillée pour le vol 3D extrême…..
Mais l'est nettement moins pour le vol F3C et les autres type de vols.
Je vais vous faire part de mes dernières expériences en matière de vol F3C avec un Fury Extrême.

Le show de Gerpinnes,...c'est pas des amateurs ! L'édition 2004 était un très bon cru. On regrette de ne pas avoir vu le gigantesque B29 de 9 m d'envergure (une dispute dans le team selon une rumeur). Mais à part ça c'était grandiose. En vrac ce qu'on en retient :

Vous aviez raté le Show grands modèles de Gerpinnes 2003...ne manquez pas l'édition 2004. Selon ceux qui y vont depuis plusieurs années, c’est vraiment du méga show et même ceux qui sont blasés du fameux meeting de la Ferté-Allais (au sud de Paris) y trouvent un réel plaisir. Un petit plus pour les Belges, c’est que c’est très accessible puisque ça se déroule juste au sud de Charleroi.

Ayant épuisé mon stock de plastique spécial qui va bien, je me suis enfin décidé à mouler une verrière dans une bouteille de Caco-Calo. Jusque là rien d'original, des milliers de fous l'ont fait avant moi... Donc, comme je n'ai pas de bloc de balsa, je colle des planches de 10mm à la cyano (beaucoup de cyano, faut que ça tienne!), puis je sculpte au couteau, à la rape et au papier de verre. Super facile, ça m'a pris 1/2hr. Le cockpit en bois massif atterrit au fond d'une bouteille de flotte bleutée du plus bel effet et le four (à air pulsé) est programmé sur 150°.

Résumé  : Si pour démarrer seul votre moteur thermique vous posez votre modèle sur ses roues, inéluctablement votre train d'atterrissage souffrira des pressions répétées sur le fuselage pour maintenir votre avion. Comme cet effort sur le haut du fuselage est proportionnel à la compression de votre moteur, plus il est gros et plus vous apprécierez le confort d'un support de démarrage. J'ai réalisé les miens dans un matériau léger, peu coûteux, et qui se travaille facilement : le « Styrodur », mousse dense très légère.
Matériaux nécessaires  :

Cela fa it longtemps que, par les fin de journées calmes, (et celle ou il y a du vent aussi), nous nous amusons, avec quelques petits camarades aussi tapés que moi, à faire du vol en formation, la plus serrée possible. Et si par hasard, dans le passage bas et groupé au ras de la piste, un de nos « bac à voler » est sur le dos, cela n’étonne plus grand monde. C’est évidemment à celui qui s’enfilera toute la piste sur le dos, le plus bas et le plus lentement possible et bien des avions ont fini leur vie dans le dernier demi tonneau en bout de piste.

Pratiquant le modélisme depuis 2 ans et étant automaticien de formation
(donc interressé par tout ce qui est automatique), j'ai découvert
l'année
passée qu'il exitait une machine qui permettant de découper la frigolyte,
le
depron et le styro avec un fil a chaud et cela piloté par ordinateur et
moteurs pas à pas.
Ni une, ni deux.......avec l'aide de mon pote de club (mécanicien de
précision) nous nous sommes lancé dans l'aventure de la découpe
CNC.

Syndiquer le contenu