Histoires de terrains

Il y a quelques semaines, ma femme vient me dire : « Caroline et Donald nous invitent à passer un quinzaine dans le chalet de leur parents en Suisse près de Sion, ça te tente ? ». Mes quelques neurones gambergent 3 secondes, je me dis hmmm…Caroline, Donald, leurs deux enfants, …des gens cool et sympa ,…la Suisse, j’aime la montagne….qui dit montagne dit sûrement une journée ou je pourrais aller faire du vole de pente. « Ok, avec grand plaisir ma chérie ».

Samedi dernier, notre ami Claudy mettait en route son trainer, comme il le fait tous les week-end. Sauf que cette fois, l'engin démarre mais est difficile à règler: ça doit être le froid... Bon, le 10cc n'a pas la pêche, mais ça devrait aller. Décollage, quelques tours pénibles et Brrrrrrrtttt... plus rien. Atterrissage vent arrière dans un champ labouré, l'avion est intact mais plein de boue. Claudy peste pendant une heure: bougie, pointeau, durit, contre-pointeau... tout a pourtant l'air correct.

Après une petite demi heure de vol sur la pente SE du vdp3f, les mains un peu enguourdies par le froid, je me décide de tenter une approche pour poser mon DG1000. Passage par la droite, glissade, retour par la gauche, zut trop vite, trop haut, on recommence...et toujours trop vite, c'est qu'il file ce DG1000, bon, je m'y prends autrement, long virage a gauche face a l'horizon, legere prise de vitesse pour revenir vent dans le dos vers la pente, j'entame mon virage pour revenir en final vers la pente , passage devant les arbres.....et , zut, ou est passé mon planeur ?

Dernièrement, j’ai sauté sur une occasion, un Fox d’Aeronaut (un racer électrique tout plastic d’1 mètre). L’ancien proprio étant un gars plutôt sérieux niveau matériel, il y avait placé deux servos Volz.

Les premiers vols sont très « sympas », ce truc est une merveille à piloter et est d’une finesse déconcertante, surtout à l’atterrissage. L’un d’entre eux fut d’ailleurs un peu rude. Constat : quelques craquelures pas bien méchantes et le servos d’ailerons bousillé.

afbeelding van Laurent7

Par une superbe après-midi de septembre, Paul décide de faire un vol en Twinjet, histoire de braver le vent qui souffle très fort dans l'axe de la piste. Après quelques acrobaties, il passe les commandes à Bernard qui se demande s'il est possible de tenir le stationnaire... Non, vraiment, chargé d'un accu de 2400 millis, l'engin a un pouvoir de pénétration redoutable. Alors Bernard se lance dans une voltige décoiffante, jusqu'à ce que... "Tiens, on dirait que ta Twinjet ne réagit pas comme d'habitude. Elle a moins la pêche, non?".

boujour a tous ,je me demande si on ne cherche pas a supprimer les avions a turbines a causes de leurs bruits ,moi etant pratiquants de cette dicipline ,je me trouve devant un gros probleme quand je veux faire voler mon jet ,on vient me trouver pour me dire qu il fait trop de bruit , il est vrai qu il est dificile de faire descendre le niveau de decibels en dessous de100 meme en deça,donc que faire dans ce cas?

Histoire vécue! Un ami a appris à piloter un petit hélico dans sa propriété, jusque là:pas de problêmes; Un jour il découvre à la brocante de l A.C.W.(Wavre ) un petit hydravion qui "le branche". Il l'achète et, avec l'aide d'un ami , installe la radio de son hélico dans l'hydravion,ils font des essais"malheureux" et il décide de replacer la radio dans son hélico. Il décide ensuite de revoler avec son hélico "réequipé". Il démarre le moteur, s'écarte un peu et met les gaz. Là il constate qu'en mettant du collectif pour décoller, il ne se passe rien!

Chez nous, à Estinnes, Pâques ce n’est pas dimanche, c’est lundi !

Bizarre, n’est-ce pas !

Eh bien non ! Ici, c’est normal. Le dimanche est réservé à la famille et le lundi c’est pour nous !

ma m'esaventure ce passa il y a quelques jours début avril!

ce jour fut un des plus bizarre que j'aie eu en aéromodélisme depuis le début que je pratique,
comme tous les dimanche je suis allez sur notre terrain me faire écoler par mon moniteur du "jour".
après avoir sortit et déballé mon jouet de la voiture , je pris la piste accompagner de mon moniteur.

le temps était gris et venteux, je trouvais le vort fort pour mon petit trainer de moin de 3kg et ce fut sous une étrange sensation que je mis les gaz à fond pour gagner les airs.

Débutant en aeromodelisme, j'ai acheté un traîner début juillet. J'ai passé
beaucoup de temps au club a me faire écoler. Ca ma pris un mois pour
être autonome, pouvoir décoller, voler et atterrir seul.

Inhoud syndiceren