Bible du débutant

Le texte qui suit est un avant-projet pour la Bible du débutant. J'ouvre un sujet dans le forum général pour que vous me fassiez part de suggestions, de manquements,... A terme, nous en ferons un menu dans "Infos pratiques". Merci pour votre aide.
http://www.aeromodelisme.be/forum/viewtopic.php?p=6027#6027"
La bible:
Vous débutez en aéromodélisme et vous avez plein de questions. Quel modèle ? De quoi ais-je besoin ? Est-ce que c’est facile ? Où sont les magasins ? Comment apprendre ? Faut-il s’assurer ? Combien ça coûte ? Pourquoi aller dans un club ?,…. Bref vous êtes un peu perdu.

C’est bien normal, c’est nouveau pour vous. Rassurez-vous, ce n’est pas fort compliqué et il ne faut pas être un champion pour s’amuser et voler sans casser.

Aucun écrit ne remplacera les conseils que vous pourrez obtenir en rendant visite à un club. C’est le premier et meilleur conseil que l’on puisse vous donner. La fédération francophone belge d’aéromodélisme (AAM) reprend la liste très détaillée des clubs ainsi que leur localisation sur son site : www.aamodels.be
Pour la Fédération néérlandophone, visitez le site:http://www.flytovml.com/
Pour la France, visitez le site de la FFAM : http://www.ffam.asso.fr/plan.htm
Allez-y un dimanche ensoleillé, vous aurez plus de chance qu’un lundi pluvieux. Posez toutes vos questions et surtout posez les à plusieurs personnes pour vous faire votre opinion.

Nous n’allons pas rentrer dans le choix du modèle, la marque de la télécommande, plutôt moteur électrique ou thermique, un kit à construire ou un avion préfabriqué,…c’est à vous de faire votre évaluation mais en cas de doute posez vos questions sur le forum.

Quelques informations importantes :

• Vous pensez peut-être acheter un modèle, l’assembler et aller voler dans un champ…. ? On a beau le répéter, il y a chaque année de nombreux débutants qui essayent tout seuls, qui crashent, qui sont déçus et qui abandonnent. Si malgré tout c’est votre idée, jetez donc quelques billets de 50€ directement dans la poubelle, vous gagnerez du temps.
Pensez qu'en volant en sauvage vous n’êtes pas couvert par une assurance si vous blessez quelqu’un. De plus il arrive souvent qu’un débutant perde son modèle de vue ou bien le détruise au décollage car il n’était pas centré ou mal monté.
De grâce allez dans un club! Vous serrez couvert par une assurance, vous aurez une vraie piste pour apprendre à décoller et atterrir, vous aurez plein de copains pour vous aider si votre moteur ne démarre pas, pour vérifier votre avion avant de décoller, pour vous apprendre, pour vous passer un peu de colle,…
Pour les radins qui s’offusqueraient de payer de 50 à 90 € de cotisation annuelle, faites le calcul inverse : ça coûte combien un avion crashé ou ça coûte combien une nouvelle peinture de la carrosserie de la voiture qui passait par là ! Mais oui, ça n’arrive qu’aux autres.
De plus, il se peut qu’un club existe près de votre champ et vous risquez le crash de votre modèle par interférence d’un autre émetteur qui utilise la même fréquence que vous.
Le saviez-vous : voler en sauvage est interdit par la loi !

• Ne vous ruez pas sur une petite annonce qui vous parait intéressante. Tout comme pour l’achat d’une voiture d’occasion, il vaut mieux s’y connaître un peu. Il arrive que des modélistes peu scrupuleux vendent, à un débutant, un avion difficile ou encore qu’après l’achat d’une « super occase »vous vous rendiez compte qu’il vous faut encore débourser beaucoup pour pouvoir voler. Allez d’abord voir les prix en http://www.aeromodelisme.be/fr/magasins.php »>magasins parlez au commerçant et voyez s’il n’a pas une promotion dont le prix se rapproche de la petite annonce. En achetant du matériel neuf, vous aurez de nombreux conseils et une garantie (ce n’est pas négligeable). Précisez bien au vendeur que vous êtes débutant, il vous conseillera des modèles faciles à piloter.

• Point de vue budget, ce n’est pas donné mais ce n’est pas réservé à une élite non plus. Avec 350€ + cotisation, il y a moyen de débuter (c’est une indication, pas un prix exact).

• Pour moins cher vous pouvez très bien débuter par du vol circulaire, du vol libre, du vol libre avec moteur caoutchouc, des modèles cacahuètes,… . Vous serriez étonné du plaisir qu’on en retire.

• Il est plus facile et pas franchement plus cher de prendre un modèle préconstruit mais n’ayez pas peur de vous lancer dans la construction d’un kit. Ca demande beaucoup de soin mais le plaisir de faire voler sa réalisation décuple le plaisir pour certains.
• Un bon moteur a essence démarre sans l’aide d’un démarreur. Un démarreur peut endommager la culasse de votre moteur. En hiver, il est plus difficile de faire démarrer un moteur essence qu’en été. L'essence perd ses qualité explosive avec le temps. Si votre moteur ne démarre pas il se peut que votre essence soit trop vieille.
Le nitrométhane contenu dans le carburant est corrosif. Si vous voulez préserver votre moteur : après une séance de vol, dévissez la bougie et mettez quelques gouttes d’After Run pour neutraliser.

• Les moteurs électriques sont faciles à mettre en marche. Ils ne demandent quasi aucun soin particulier. Les accus (batteries de propulsion) demandent du soin. Veillez, par exemple, à ne pas les surchauffer(très fréquent en été) car ils perdraient de leur efficacité. Pour quelques informations complémentaires en électrique, lisez Le petit guide de la propulsion électrique et si vous envisagez d'utiliser des accus Li-Po, lisez aussi ceci:
http://klaudius.free.fr/lipo.htm

• Une hélice en rotation est capable de sectionner un doigt ou de tuer (si elle est mal fixée par exemple). Faites vérifier votre hélice par un modéliste confirmé. Une fois de plus, ne volez pas en dehors d’un club; ce ne sont pas des jouets. Veillez à ce que personne ne se trouve dans le plan de rotation de l'hélice. Une hélice endommagée risque de perdre un morçeau et de blesser. Demandez aux spectateurs de se placer derrière.

• Même débranchée, une batterie se décharge. Même si vous avez chargé les batteries de votre modèle et de votre émetteur la semaine dernière et que vous n’avez que très peu volé ou pas du tout, rechargez les avant votre séance de vole.

• Ca va vite ! En quelques séances d’apprentissage (avec un moniteur) vous serrez aux commandes de votre modèle. Le plaisir qu’on en ressent n’a rien à voir avec un simulateur (il y a une sacrée dose d’adrénaline en plus).

• Dans la grande majorité des clubs (pas tous), vous trouverez quelqu’un qui vous apprendra (gratuitement) à régler votre modèle et à le piloter (renseignez vous avant de vous inscrire).

• Pour apprendre à piloter, on utilise souvent un câble d’écolage. Il s’agit de relier votre télécommande à celle du moniteur. Celui-ci, à l’aide d’un interrupteur, pourra rapidement reprendre les commandes si vous vous trompez.
Il est indispensable qu’il y ait compatibilité entre votre télécommande et celle du moniteur. Alors, avant d’acheter votre télécommande, demandez-lui la marque de la sienne.
On peut aussi apprendre sans câble, juste avec votre télécommande. Dans ce cas le moniteur décolle et met votre modèle en altitude. Il vous passe votre télécommande et reste à côté de vous. Il reprend la télécommande si vous vous trompez.

• Il existe plusieurs façons d’agencer les manches de votre télécommande.
Les deux façons les plus répandues sont:
A. Manche de gauche : profondeur et dérive /
Manche de droite : moteur et ailerons
B. Manche de gauche : moteur et dérive /
Manche de droite : profondeur et ailerons
Vérifiez, avec votre moniteur, l’agencement qu’il préconise.

• Certains volent en tenant la télécommande dans les mains et en plaçant les pouces sur les manches. D’autres utilisent un pupitre et pilotent en tenant les manches avec plusieurs doigts. Les deux méthodes se valent. Le pupitre à l’avantage de faciliter la précision (mais il est aussi possible d’être précis aux pouces).
Par contre, dans certains cas, le pupitre est un handicap (ex : planeurs lancés à la main par le pilote). Soyez donc vigilent à l’ergonomie de votre télécommande.

• Demandez aussi la liste des fréquences utilisées par les membres de votre club et, lors de l’achat de votre télécommande, choisissez une fréquence peu utilisée. Vous éviterez ainsi de devoir attendre trop longtemps votre tour pour voler.
• Il existe plusieurs simulateurs RC qui vous permettent d’utiliser une télécommande à la place d’un joystick. On constate très clairement qu’un entraînement sur simulateur favorise l’apprentissage mais ce n’est pas indispensable.

• Retenez que « Rome ne s’est pas faite en un jour ». L’aéromodélisme est une activité passionnante et très gratifiante si on y met un peu de patience et de persévérance.